Kolossal

par Soane DELTOUR


Kolossal, tel est le mot que l’on a choisi pour résumer les derniers matchs du latéral gauche polyvalent Sead Kolasinac avec l’Olympique de Marseille. Retour sur les derniers mois qu’a vécu le bosnien, mélangeant bonheur et tristesse.


En signant à l’OM, Sead Kolasinac espérait se relancer après son aventure mitigée avec les Gunners et de nombreuses blessures, l’empêchant de s’imposer face à la concurrence. « Le tank » tel que l’on le surnomme, de par ses caractéristiques physiques haut dessus de la norme, a fait toutes ses gammes dans sa ville de naissance, Karlsruhe (Allemagne). Après avoir changé plusieurs de fois de clubs dans les catégories juniors, c’est du côté de la Ruhr au Schalke 04 qu’il fera ses débuts en professionnel. Le soir du 15 septembre 2012 lors d’une victoire contre Greuther Fürth. En fin d’année, il réalisera également ses débuts en Ligue des Champions contre le Montpellier Hérault Sport Club (1-1). Lors de l’exercice suivant, une rupture des ligaments croisés du genou l’empêchera de confirmer sa bonne saison précédente avant qu’il ne soit élu dans l’équipe type de Bundesliga en 2017. Le nom de Sead Kolasinac vient donc s’ajouter à la longue liste des talents formés par les bleus et blancs dans laquelle figure Manuel Neuer, Mesut Özil, Julian Draxler ou encore Leroy Sané… Ses bonnes prestations lui permettront de disputer 2 matchs de la Coupe du Monde 2014 avec la Bosnie-Herzégovine.

  • Départ chez les gunners


Courant l’été 2017, le latéral gauche puissant migre vers la Première League et rejoint Arsenal librement. Poursuivant sur la même longueur d’onde, il s’impose dans le couloir gauche replaçant l’habituel à ce poste, Monreal, dans l’axe de la défense et y exprime l’ensemble de sa palette en inscrivant par exemple son premier but lors de son premier match. C’était contre l’un des rival londonien, Chelsea, en finale de Community Shield, lui permettant de glaner son premier trophée en club. Pour information, Londres est la ville comptant le plus de clubs évoluant à haut niveau puisque 7 d’entre eux disputent la Première League (Chelsea, Arsenal, Crystal Palace, Brentford, Tottenham, Fulham et West Ham). Puis, l’histoire se répète une nouvelle fois. Réalisant une bonne première saison chez les Gunners, il se blessera 2 mois en pré-saison lui faisant perdre sa place de titulaire au profit du latéral espagnol. N’ayant plus qu’un faible temps de jeu, le bosnien est prêté au Schalke 04, en grande difficulté dans le championnat. Pourtant capitaine et disputant 18 matchs en moins de 5 mois, l’aventure tourne au cauchemar puisque le club finit dernier, synonyme de relégation en Bundesliga 2. A son retour à Londres, une nouvelle blessure l’éloigne des terrains 2 mois le faisant disparaître des petits papiers de Mikel Arteta. Il ne disputera qu’un seul troisième tour de FA Cup contre Nottingham avant d’être libéré des 6 derniers mois de contrat par le club londonien.

  • À la recherche d'une histoire canon


Le 18 janvier 2022, le bosnien change complètement de paysage et débarque dans le Sud de la France et plus précisément sur la Cannebière, libre de tout contrat. Il vient compléter un mercato estival très ambitieux mené par le président Pablo Longoria et ses troupes avec notamment les arrivées de Mattéo Guendouzi ou encore William Saliba. Peu connu en France, les amateurs de Ligue 1 ont découvert un joueur au corps robuste et saillant, pratiquant un style de jeu agressif mais licite puisqu’il n’a pas pris un seul carton rouge de sa carrière. Rapidement entré dans les plans de l’ex-entraîneur marseillais, Jorge Sampaoli, et aujourd’hui, Igor Tudor, Kolasinac peut s’appuyer sur sa polyvalence (latéral, piston et central gauche) permettant de pallier les absences des titulaires habituels d’un effectif phocéen parfois quantitativement court. Le bosnien, est l’exemple même du latéral moderne au gros volume de jeu dépassant souvent ses fonctions pour proposer une option offensive. C’est ce qui lui permettra de marquer près de 12 buts en professionnel dont cette magnifique action digne des plus grands attaquants conclu plein de sang-froid face au TFC. C’est sans doute ce qu’il lui a manqué pour envoyer l’OM en huitièmes de Ligue des Champions lorsqu’il fallait cadrer sa tête à bout portant à la 87e minute face à Tottenham. Le scénario ne pouvait être pire puisque quelques minutes après, les Spurs marquent le but du 2-1 éliminant les Marseillais de toutes les compétitions européennes. Cette action le hantera de longs moments comme le précise son vice-capitaine, Valentin Rongier, sur la chaîne officielle de l’OM : « Les 3 ou 4 nuits d’après, je sais qu’il n’a pas dormi. […] Le football est cruel mais je sais qu’il va se relever… ».

  • La rennaissance


Se relever ? Sead Kolasinac a mis du temps avant de le faire. Pouvoir devenir le héros de tout un peuple mais finir par se faire siffler à l’annonce de son nom lors des matchs suivant au Vélodrome, même lorsqu’il commençait remplaçant est cruel. Mais son principal atout est sa force, non pas physique mais mentale, comme il le soulignait lors d’une interview sur la chaîne Youtube d’Arsenal. Le déclic est surement venu au même moment que celui de l’équipe, lors de sa victoire 1-0 dans l’Olympico stoppant une série de résultats négatifs. Le match suivant, face à l’AS Monaco, c’est l’inévitable Sead Kolasinac qui propulse dans les buts d’Alexander Nübel le ballon de la gagne d’une tête rageuse délivrant son équipe à la dernière minute. S’en suit une véritable renaissance avec une très grande prestation face au TFC, accompagnée d’un cadeau de Noël offert à tous les fans marseillais en mystifiant d’un superbe râteau le défenseur Nicolaisen tout en concluant chirurgicalement son action. L’ensemble de ses coéquipiers lui ont sauté dessus de joie, montrant ô combien la peine de Kolasinac pesait sur le groupe…Depuis le bosnien enchaîne les rencontres et les bonnes prestations, à l’image de son équipe qui accumule les victoires (5 de suites), les rapprochant de la 2e place. Rang qu’ils comptent bien occuper demain soir après la rencontre face au FC Lorient, à laquelle le latéral gauche a de fortes chances de participer…

  • Le saviez-vous ?


Durant l'été 2019, alors qu'il était sous contrat avec Arsenal, Sead Kolasinac a été victime avec son coéquipier Mesut Özil, d'une agression armée alors qu'ils baladaient dans le Nord de Londres avec la voiture luxueuse de ce dernier. Le bosnien, pas impressioné par ces deux malfaiteurs pourtant munis de couteaux, est descendu de la voiture et a réussi à les faire fuir. Les deux joueurs sont directement allés prévenir les autorités dans un restaurant local...

edit by le PJ