Lens ne perd pas le Nord

Le public lensois hier soir

Auteur d’une très belle prestation contre le Paris-Saint-Germain hier soir ( 1-1 ) dans un stade Bollaert en feu, le RC Lens continue d’impressionner le monde de la Ligue 1.


Le Racing Club de Lens, la plus part du temps raccourci sous le nom du « RC Lens », est un club de football français situé dans la région du Pas-de-Calais. Fondé en 1906, il figure parmi les plus vieux briscard de notre Ligue 1 avec 115 bougies à son actifs, pas loin derrière l’Olympique de Marseille, second club le plus vieux de notre championnat ( 122 ans ). Contrairement à ce dernier, le RC Lens possède un palmarès assez léger avec un titre de champion de France en 1998 et une Coupe de la Ligue, qui à ce jour n’existe plus, en 1999. Sur la scène européenne, on peut retrouver 2 participations à la Ligue des Champions, en 1998 et 2002, ainsi qu’une demi-finale d’Europa Ligue en 2000. De plus, les sangs et or ( surnom donné au club) sont adeptes de faire « l’ascenseur » entre la Ligue 1 et la division inférieure, la Ligue 2. A travers un bon nombre de descente, on peut également relever leurs remontées dans l’élite assez fréquentes avec la dernière en date en 2020, qui s’est couronnée par une place de vice-champion de Ligue 2 BKT. Depuis, les lensois ne quittent plus le haut de tableau. Malgré la période de COVID-19 qui a fortement touchée le football puisque les matchs se jouaient à huit clos notamment, les artésiens ont réussi à faire vibrer leurs supporters à travers leurs télévisions puisqu’ils ont fini aux portes de l’Europe, 7e à 1 seul petit point de Rennes. Alors qu’ils viennent de conclure l’une des meilleurs saisons de leurs histoires, les joueurs n’ont pas chaumé et ont remis ça sur cette édition 2021-22, mais cette fois-ci, avec les supporters. Avec un très bon début de saison avec notamment une victoire de prestige sur la pelouse du Vélodrome ( 3-2 vs OM ) et une victoire dans le derby pour la première fois depuis 15 ans ( 1-0 vs Lille ), Lens se situe 5e au classement, à 2 points du podium. Cette régularité à travers les performances est dû à plusieurs facteurs :


A l'Haise dans son jeu

Si les supporters doivent bien remercier quelqu’un de ces supers bons résultats, outre les joueurs, c’est bien à l’entraîneur normand, Frank Haise qu’il faut tirer le salut. Adepte des cols roulés et des vestes de costumes, tout aussi calme sur son banc de touche que meneur d’homme, on peut dire qu’il a réussi comme il se doit son baptême dans l’élite. Il s’est formé, endurcit et construit au fil du temps à travers les catégories inférieures, que ce soit les U17 du Stade Rennais ou la réserve du RC Lens sans oublier la CFA 2 du FC Lorient. Alors qu’il prend les commandes de l’équipe première lensoise en plein milieu de saison, qui évolue alors en Ligue 2, il n’aura le temps de faire que 2 victoires avant que la saison soit arrêtée par le COVID-19 et que Lens finisse 2e . Il passera peu de temps après son brevet d’entraîneur professionnel ce qui lui permettra d’officier en Ligue 1. C’est-à-partir de là que l’histoire d’amour entre l’élite française et Frank Haise va commencer. A travers son infatigable 3-5-2 qui se transforme en 5-3-2 à la perte de la balle, « Franck a su se fondre dans l’environnement lensois où on parle d’envie, d’engagement. Le tout avec une rigueur tactique qui lui permet de ne pas avoir des effets à court terme que sur l’émotion. Quand on voit Lens, on vibre cette saison » dixit Denis Tronch ( ancien joueur de Frank Haise à Lorient ) chez nos confrères de SoFoot. Son dispositif, qui lui permet de créer le déséquilibre offensivement et surtout d’écarter les blocs adverses sur toute la largeur du terrain avec 2 pistons qui se cessent de répéter les allers-retour, son système est infaillible, ou très peu. Les chiffres qui soutiennent cette analyse sont là : Lens est l’équipe qui a la plus grande possession de balle moyenne de l’élite cette saison ( 53,3 % ) tout en étant la 2e meilleure attaque de Ligue 1 derrière l’attaque parisienne stratosphérique ( Neymar, Messi, Mbappe et Di Maria ) avec un total de 30 buts en 17 matchs. Frank Haise « n’est pas là par hasard, il a théorisé sa pratique, il est passé par des clubs de DH, puis de CFA2 et des centres de formation. Il a mis en place une tactique qui lui convient parfaitement. C’est un entraîneur moderne qui met un cadre rigoureux, mais sait aussi être souple » sont les louanges qui ressortent lorsqu’on parle de lui au BEPF ( Brevet d’entraîneur professionnel de football).

Avec des recrues ciblées pour compléter l’équipe malgré un budget un peu serré mais extensible comme on a pu le voir avec le transfert de Seko Fofana, acheté 8,5 millions d’euros à l’Udinese ( Italie ) qui devient le joueur le plus cher de l’histoire du club, une tactique digne des plus grands basée sur le pressing et la possession, Frank Haise aura su impressionner le football français comme le prouve sa nomination au meilleur entraîneur de Ligue 1 pour sa première saison.

Jonathan Clauss, la révélation

Lui et son compère gaucher polonais Przemysław Frankowski, déséquilibrent toutes les équipes de notre championnat. Avec un rôle de piston, qui est pour les amateurs de composition, un latéral mais beaucoup plus offensif, ils ont pour but d’aider l’équipe à défendre mais également à attaquer. Doté d’un excellent pied droit qui lui vaut de tirer tous les coups de pieds arrêtés, il est tout aussi précis sur les centres lorsqu’il faut distribuer des ballons en or à ses coéquipiers. En effet, il est à un total de 7 passes décisives et 2 buts en 17 matchs, ce qui fait de lui le latéral droit du championnat le plus décisif et le meilleur passeur français dans les 5 grands championnats à égalité avec Benzema. Mais d’où cette trouvaille sort-elle ? Strasbourgeois pur souche, il ne sera pas retenu par le RCSA ce qu’il l’incitera à prendre son envol à l’étranger, à Linx en Allemagne. Très voyageur, Jonathan va enchaîner les clubs et va donc très rapidement revenir en France en National à Avranches puis en Ligue 2 à Quevilly. Il retournera par la suite en Allemagne, à Bielefild en deuxième division allemande pour finir d’éclore. Un des acteurs principaux de la montée de son club en Bundesliga avec un total de 5 buts et 10 passes décisives, il signera au RC Lens afin d’aider le club à se maintenir, lui aussi tout fraîchement promu. Inconnu au bataillon, sorti du nul part comme dirait les supporters français en 2018 pour un certain Benjamin Pavard, Jonathan Clauss va exploser pour ses deux premières saisons en Ligue 1 jusqu’à être cité dans les rumeurs pour intégrer l’équipe de France en octobre dernier. A l’instar de son entraîneur, il a impressionné tous ses coéquipiers qui ne cessent de le couvrir de louanges. Pour Jean-Louis Leca, gardien du RC Lens, « Jonathan est un animal sur le plan physique. Il est plus que doué techniquement, pied droit ou pied gauche, et j’ai rarement joué avec des mecs pareils » déclarait-t-il en conférence de presse en octobre dernier. Pierre Venturini, son ancien coéquipier à Linx, confiait que Clauss possède « une génétique faite pour le haut niveau. Il a une capacité à répéter les efforts impressionnante. Un peu à l’image d’un marathonien qui est prêt à faire des distances folles, lui est façonné pour faire des allers-retours ».


Pour autant, Jonathan Clauss garde la tête sur les épaules et reste lucide comme lorsqu’en conférence de presse il déclara « Quand je vois Hakimi ou d’autres, je me dis que je suis encore loin de ce que certains sont capables de faire. Hakimi évolue piston droit alors que le PSG joue dans une défense à quatre ». On s’est quand même demandé qui admirait qui hier soir tant la prestation du lensois était incroyable…


Seko Fofana, le facteur X

Acheté 8,5 millions d’euros par le RC Lens l’été dernier, il est devenu le joueur le plus cher de l’histoire du club. Nomination parfois lourde à porter pour certains ce qui n’est pas du tout le cas pour Seko Fofana. Nommé capitaine par Frank Haise, il est son véritable pilier. Déjà énormément utilisé pour sa première saison avec un total de 32 apparitions pour 2 buts et 4 passes décisives, il est reparti sur les mêmes bases cette année. Capable de faire passer les messages de l’entraîneur en plein match, de réaliser les tâches défensives à la perfection et à une capacité de projection phénoménale à la récupération de la balle, il est vraiment le facteur X de son équipe.Passé par Fulham et Manchester City, on retrouve ces sources anglaises dans son jeu.

Milieu de terrain « box to box », qui comme Jonathan Clauss, enchaîne les aller-retour, il représente à merveille l’âme du RC Lens de part sa générosité et sa justesse technique. Hier soir, contre le PSG, il a fait pour l’énième fois, un énorme match en marquant un but ( son 5e de la saison en 17 matchs ) et auteur de remontée de balle fulgurante, à sa façon, afin de mener à mieux les contre-attaques Sang et Or. L'international ivoirien de 28 ans donne raison à ses dirigeants d'avoir cassé la tirelire pour s'attacher ses services. Outre son excursion anglaise, Seko Fofana ne sort pas de nulle part. Formé au Paris FC, le parisien de naissance a enchaîné les clubs entre le FC Lorient, Manchester City, Fulham, Bastia ou encore Udinese, club qu'il a ébloui de son talent pendant près de 4 ans. Il aura disputé 119 rencontres avec le club de Séria A pour un total de 19 buts toutes compétitions confondues et notamment un bijoux contre la Juventus Turin pour sa dernière saison offrant la victoire à son club. Il avait surtout retardé le sacre turinois qui a dû attendre une journée de plus. En plus de ses qualités footballistiques, vient s'ajouter son sens du sacrifice. Sa première saison excellente avec le RC Lens a attiré de grosses écuries européennes comme le Milan AC, Dortmund ou encore l'Olympique de Marseille. Il finira par toutes les refuser pour rester une saison de plus dans le Nord en laissant de côté également la CAN avec la Côte d'Ivoire pour mieux se concentrer sur son club. Malheureusement, son départ semble très probable en fin de saison, alors il vaut mieux en profiter le plus possible.

Le RC Lens est donc devenu depuis ces 2 dernières années un prétendant à l'Europe, si fou que ça puisse paraître, ce club promu il y à peine 2 saisons. A travers les portraits sur les atouts principaux lensois et le début de saison réalisé, une excellente année s'annonce pour les supporters sang et or, tant réputés pour leur chaude ambiance qui est l'une des meilleures de France. 


Rédigé par Soane Deltour